Artiste de renommée mondiale Soria Rem, gymnaste de formation, rencontre la danse hip hop dans l’est de la région parisienne où elle y fait ses premiers pas. Très vite repérée par le collectif Wanted Posse, elle intègre le célèbre groupe parisien, pionnier des nouvelles tendances hip hop en 1999. C’est en 2001, après avoir remporté le championnat du monde de breakdance à Berlin, qu’elle devient la figure emblématique féminine du mouvement hip hop, mettant en relief la femme à l’égal de l’homme, tant dans l’écriture que dans la performance physique. Cumulant les prix à l’international, Japon, République Tchèque, États-Unis, elle connaît sa première expérience chorégraphique « Bad Moves » avec le collectif Wanted Posse qui connaîtra un succès mondial. Parallèlement, Soria multiplie les expériences professionnelles collaborant avec de grands noms de la chanson tel que Mariah Carey, Robbie William ou encore Zaho. Egérie de Nike International pendant 3 ans, elle côtoiera le milieu publicitaire et télévisuel tout en conciliant sa carrière artistique et sa posture de femme dans le breakdance. On la retrouvera ainsi en 2007 déjà marquée d’une image forte et accomplie dans la campagne Nike « Tell me i’m not an athlete » qu’elle continuera d’affirmer et ce, à travers des manifestations et évènements où elle sera invitée en tant que jury. C’est en 2007 que Soria connaîtra l’Opéra Bastille à la demande de Coline Serreau où elle mettra à contribution son talent dans la pièce « La Chauve Souris ». Son amour de la scène et son envie de créer l’emmèneront sur différents univers artistiques où elle affinera son travail emprunt de féminité. On la retrouve alors avec des chorégraphes tels que Blanca li, Kader Attou, Hamid Ben Mahi ou Sébastien Lefrançois. C’est en 2010, forte de son expérience qu’elle fait le choix de travailler avec Mehdi Ouachek danseur et chorégraphe faisant naître le duo « Soria et Mehdi » qui connaîtra une ascension fulgurante suite à leurs prestations télévisuelles sur la chaine M6. Faisant naître un style de danse caractérisée par son originalité, Soria apportera à l’écriture de ce duo des variantes de performances chorégraphiques qui porteront la femme à l’égal de l’homme. Elle sera une pionnière dans le style « Abstract » et créera avec Mehdi la compagnie Art Move Concept en 2013.

Mehdi Ouachek né en 1979 dans le sud Seine et Marne, connaît un parcours artistique atypique. Prédestiné au football de haut niveau celui ci se voit changer de vie suite à une blessure. Agé de 19 ans, sans ambitions précises, il visionne le film mythique « La haine » de Mathieu Kassovitz où pendant un court instant se démènent des breakdancers. Une vocation est née. Isolé dans le sud est de la région parisienne, celui ci tente de reproduire les mouvements sur un carton de fortune. Ce passionné, acharné de travail, découvre une liberté d’expression dans la danse hip hop méconnue jusqu’alors.
En 2001, Mehdi décide de se rendre dans la capitale et participe aux auditions de « Suresnes cité danse » où il sera vite repéré par le chorégraphe contemporain Cyril Viallon avec qui il fera ses premiers pas. Sa soif créative et son envie d’expériences chorégraphiques l’amèneront ensuite à rejoindre la compagnie « Trafic de Styles » et « Des Equilibres » où il sera frappé par la diversité qui se juxtapose à la danse. Théâtre, Danse contemporaine, Cirque et Hip hop, il baigne dans ces univers variés pendant plusieurs années, collaborant sur de multiples spectacles, en tant que danseur interprète mais aussi artiste chorégraphique. Marqué par ces expériences, il décide de mettre à contribution son travail pour d’autres chorégraphes tels que Régis Obadia, José Montalvo, Kader Attou et Sylvain Groud, à travers des spectacles et manifestations qui verront naître la patte dite « Abstract » où tous ces arts s’entremêlent pour laisser place à une nouvelle manière technique, intuitive et ressentie du mouvement. Poussant cette nouvelle forme dansée à son paroxysme, il collabore avec de nombreuses productions voyant naître ses premières expériences chorégraphiques. Ainsi il est chorégraphe pour la campagne de publicité L’oréal France avec Stéphane Sednaoui, crée sa première forme dansée « Authentique Utopie » pièce pour deux danseurs et travaille avec L’Opéra de Pékin sur cette même période. Il chorégraphie et danse ensuite en Italie au Ballet National de Florence en partenariat avec le Chorégraphe Massimo Moricone sur le ballet « Bach and Break Beat » pendant plus de 2 ans où il suivra la vie et la formation d’un ballet classique italien et sera « guest star » au même titre que les danseurs étoiles du moment. Cette expérience marquera un tournant dans son écriture chorégraphique. En 2010 il forme le duo « Soria et Mehdi » en collaboration avec Soria Rem, danseuse et interprète avec qui il partage sa vie depuis 7 ans. Le duo qu’il forme dans la vie comme sur la scène fera l’unanimité et marquera le grand public comme les aficionados de la danse.
Ils créeront ensemble la compagnie « Art Move Concept » en 2013 faisant naître plusieurs spectacles où leur image et leur détermination permettront d’affirmer la danse abstract de s’inscrire dans une écriture pluridisciplinaire reconnue de tous en France et à l’International.

Danseur complet, Kevin Mischel a été formé auprès de Bruno Falcon « Pop N Taco », ancien coach artistique de Michael Jackson. Spécialisé en Popping, il a collaboré avec de nombreux chorégraphes français et étrangers tels que Dominique Boivin, Misook Séo, Jérémie Belingard, Monica Casadei ou encore Hiroaki Umeda. Il est également danseur soliste pour Patrcia Kaas dans le concert « Kaas chante Piaf ». Il a toujours voulu garder une liberté dans sa danse en mélangeant divers styles et inspirations et en travaillant avec des danseurs et chorégraphes de toutes origines. Il rencontre en 2012 le chorégraphe Kader Attou avec qui il collabore dans la compagnie Accrorap pour les pièces « The Roots », « Opus 14 » et « Un Break à Mozart », puis Soria Rem et Mehdi Ouachek de la compagnie Art Move Concept pour laquelle il danse dans « Nibiru ».
Danseur aux cotés de Si’mhamed Benhalima depuis 2011, il est interprète dans la pièce « Existe » chorégraphié par ce dernier. Ensemble, ils fondent la compagnie Drive en 2016 et chorégraphient la pièce « Soi », qui marque la naissance d’une longue et fructueuse collaboration. En parallèle, Kevin Mischel se lance dans une carrière d’acteur au cinéma, il joue notamment dans les films « Divines » et « Break ».

Si’mhamed Benhalima est un artiste chorégraphe singulier dans le milieu de la danse. Issu de la culture Hip-Hop, membre des groupes Vagabond Crew, Boogie Lockers et Divison Alpha (pour de nombreuses créations et battles), il a aussi dansé pour la Cie Malka, la Cie Nasser Martin-Gousset, Misook Séo, et 18 ans auprès de José Montalvo et Dominique Hervieu. Il rejoint ensuite la Cie Accrorap de Kader Attou dans les pièces « Gorecki », « Un break à Mozart», « Douar » et « Opus 14 », ainsi que la compagnie Art Move Concept de Soria Rem et Mehdi Ouachek dans « Nibiru ».
Riche de ses expériences chorégraphiques, il fonde la compagnie Existe en 2011 et créé son premier spectacle du même nom. Il fonde ensuite la compagnie Drive en 2016, en collaboration avec Kevin Mischel avec qui il chorégraphie « Soi ». Sur le plan cinématographique, Si’mhamed apparaît dans le film « la cité de la danse » de Thierry Teston , danse en duo avec Kevin Mischel sur le film « Batârde » et en 2017, il est choisi pour chorégraphier les danseurs du film « Break». Depuis toujours, Si’mhamed ne cesse de faire évoluer sa danse et de mettre son corps en jeu entre ordre et désordre, ligne et rondeur. Il met sa danse en jeu selon son histoire personnelle, selon les lieux qu’il traverse, multipliant sa capacité d’interprétation selon les chorégraphies. Sa danse élégante, épicée de virtuosité, questionne les mentalités et les cultures, à la recherche du mouvement universel. Tout cet enrichissement a fait de lui, un danseur polymorphe, hybride, passant d’un toucher à l’autre en quête d’un nouvel esthétisme.

Danseur d’exception, Bruce est un exemple d’originalité et de performance. Champion du monde de breakdance avec son groupe Wanted Possee en 2001, il intègre par la suite les compagnies Kafig, Accrorap, Art Move Concept et Black Sheep. Ami de longue date de Mehdi Ouachek, ils présentent ensemble un duo intitulé « authentique utopie » en 2009. Sa manière subtile de détourner le breakdance fait de lui un avant-gardiste en matière de sensibilité et de fluidité au sol.

Danseur russe autodidacte, Artëm Orlov vient de Ekaterinburg en Oural à la frontière de l’Europe et l’Asie. La passion pour la danse le saisit lorsqu’il découvre le break. Il se spécialise en footwork. Vainqueur de nombreux battles en France et à l’international, il s’installe en France en 2009. Il rejoint d’abord la compagnie S’Poart, puis danse pour les chorégraphes Amine Boussa, Mathieu Furgé, Babacar Cissé, Kader Attou, avant de rejoindre Soria et Mehdi dans "Nibiru", "Exit" et "Fli". En 2018, il fonde sa compagnie, Rodina, et chorégraphie sa première pièce « A l’intérieur de chez moi ».

Jackson Ntcham est danseur break spécialisé dans le power move. D’abord reconnu dans le milieu du battle avec « Phase T » et « Infamous Crew », il remporte de nombreuses compétitions internationales. Ses qualités techniques et son interprétation naturelle le révèlent auprès des chorégraphes Soria et Mehdi, Christine Coudun ou encore Kader Attou. Il intègre la compagnie Art Move Concept en 2013 avec « Nibiru », puis « Exit » en 2017 et « Fli » en 2018. Il danse également dans la pièce « Chroniques du périmètre » de Black Blanc Beur, « Opus 14 », « Un break à Mozart » et « Allegria » de la compagnie Accrorap. En parallèle, Jackson enseigne la danse Hip-Hop auprès des plus jeunes générations.

Erwan intègre la compagnie Art Move Concept en 2013 dans la pièce « Nibiru ». Artiste polyvalent reconnu, il se surpasse dans des disciplines variées, du breakdance à l’abstract, en passant par les arts du cirque, funambulisme et acrobaties. Ses capacités et sa détermination lui ont permis d’être un fer de lance pour de grandes compagnies, Accrorap (The Roots), Kafig (Yo Gee Ti), Seo Dance Compagny (Contrastes).

Manon est une danseuse pluridisciplinaire qui a débuté avec la danse classique et jazz. Curieuse, Manon découvre ensuite la danse Hip-Hop et développe un style hybride en se nourrissant de toutes ses expériences. Manon est danseuse interprète au sein de la compagnie Art Move Concept depuis 2018 et de la compagnie Hervé Koubi depuis 2019..

Inès a reçu une formation d’équilibriste au Japon puis à l'école du cirque du Québec. Riche d’expériences dans le milieu du cirque, elle est amenée aussi à travailler au théâtre au côté de Stéphane Hillel et Karim Bel Kacem. Sa pratique de la danse est inspirée de ses voyages, de ses tournées, mais aussi de son enfance passée avec sa mère musicienne au Cirque du Soleil.

Originaire du Nors-Pas-de-Calais, Lucie se forme en danse classique et danse contemporaine dès son plus jeune âge. Elle est remarquée en 2007 par Monique Loudière et intègre l’Ecole Supérieur de Danse de Cannes Rosella Hightower. Elle danse notamment dans Step in the street de Martha Graham, Opus 14 de Jean-Christophe Maillot et Petite symphonie de David Bonbana. Elle collabore également avec de nombreux chorégraphes tels que Caroline Carlson dans Water Born, Eliezer DiBritto dans Wunderblock, Amala Dianor dans The Falling Stardust et Antonio Ceresia dans Quand les mots prennent vite. Au moment de sa formation, elle fait des stages au sein de grandes compagnies comme les Ballets Béjard Lausanne, puis les ballets Monte Carlo de Jean-Christophe Maillot. Elle obtient le Diplôme National Supérieur Professionnel de Danseur (DNSP) en 2011. De 2012 à 2016, elle rejoint le chorégraphe José Montalvo au Théâtre National de Chaillot, puis danse à l’Opéra de Paris. Elle défend aussi des productions plus indépendantes, comme Le Van d’un dernier été » de Si’mhamed Benhalima ou « Anopas » de la compagnie Art Move Concept.